L’héritage des Darcer, tome 3 : la relève, Marie Caillet

17 03 2013

L'héritage des darcer t3

 

Présentation de l’éditeur

Renversée depuis des années par une terrible dictature, la dynastie des Darcer n’a qu’une seule descendante : Mydria. Pour chasser le roi usurpateur, celle-ci ne dispose que de son Don d’ailes, un mystérieux pouvoir capable de la métamorphoser en papillon…

Le royaume d’Edrilion est plus que jamais en danger. Le Sanreth, le roi bâtard, s’est emparé du trône, et dans son ombre travaillent la sournoise reine de la Déléane et ses terrifiantes Chimères. Pour Mydria, seule héritière légitime de la Couronne, il est temps de se révéler au grand jour et de reprendre le pouvoir. Elle s’efforce alors de créer de nouvelles alliances pour déclencher une guerre souterraine. Aidée de son amant Orest, d’Allian l’espion et de Kebren la traqueuse aux pattes de velours, elle tente de gagner l’appui des Fauconniers et de réunir une armée. Mais il faut frapper vite, car les Chimères se déploient dans tout le pays à sa recherche. Mydria doit tout faire pour récupérer son royaume, libérer ses sujets de l’oppresseur et sauver son unique espoir : l’enfant qu’elle attend en secret. Le dernier des Darcer…

L’auteur

marie-caillet

Très jeune auteure, puisque ce premier tome fut écrit à l’âge de 18 ans lorsqu’elle remporta le concours du nouvel auteur jeunesse.

Le premier tome de cette trilogie est paru le 14/10/2010, vous pouvez lire mon avis ici.
Le second tome , Allégeance, est paru le 01/12/2011, vous pouvez lire mon avis ici.
Le dernier tome , La relève, est paru le 03/01/2013

N’hésitez pas à vous rendre sur le blog de l’auteure : http://mariecaillet.20minutes-blogs.fr/

Le livre

Editions Michel Lafon.
Format broché paru le 03/01/2013 – 370 pages.
Une couverture très jolie pour ce dernier tome bien que j’ai préféré celles des deux premiers tomes.

Mon avis

Quel plaisir de retrouver My et ses compagnons mais quel pincement au cœur de savoir qu’on est en train de lire le dernier tome de leurs aventures! Et pas d’inquiétude, aucun spoiler dans cet avis!

Mon avis ne va pas diverger par rapport aux précédents : j’apprécie toujours la plume de Marie Caillet qui, toute en finesse, nous dresse un univers magnifique d’Edrilion et de ses environs, nous offre un panel de personnages ayant chacun son importance dans l’histoire, mais attention, pas une série de personnages plats! Le récit ne souffre d’aucune longueur, les événements s’enchainent les uns après les autres et on n’est pas au bout de nos surprises!

Chaque tome nous dévoile un ordre d’Edrilion : dans le premier tome nous avons découvert la guilde des assassins, dans le second, l’ordre des Kmetts. Ici, nous en apprenons d’avantage sur l’ordre des Fauconniers, dirigeants des plus grandes villes d’Edrilion et je dois dire que je me suis attachée à Kebren.

Les chimères de La Déléane sont également mises en avant, notamment les relations qu’elles entretiennent avec Welfenda (reine de la Déléane) et de son Sanreth. Nous faisons la connaissance également d’un autre pays : Acryak et ses coutumes.

La relation entre My et Orest va prendre un tournant décisif et sera parsemée d’embuches. Cependant leur complicité est toujours la même qu’au premier tome et les deux tourtereaux continuent autant à se lancer des pics pour notre plus grand plaisir!

J’ai beaucoup aimé en apprendre d’avantage sur le don de My et ses particularités. Bien que minuscule, celui-ci est très puissant et aidera plus d’une fois My dans sa quête.

On sourit beaucoup avec ce livre mais je dois dire qu’il fait pleurer aussi! L’auteure nous fait une révélation des plus inattendue et je dois dire que celle-ci m’a totalement chamboulée ! Mais vous en serez plus en lisant le livre!

En conclusion, ma note

5
Un tome qui clôture avec brio cette merveilleuse trilogie où l’action est au rendez-vous et les personnages toujours aussi importants et attachants. Une jeune auteure avec un grand talent à suivre de très près!

Publicités




Lune mauve, tome 1 : la disparue, Marilou Aznar

10 03 2013

Lune Mauve

 

Présentation de l’éditeur

Un seul coup d’oeil m’avait suffi pour constater que j’étais la fille la plus mal fagotée du bahut. Moi, Séléné Savel, à Darcourt, le lycée le plus snob de Paris? Je m’y donnais autant de chances de survie qu’une souris lâchée dans un enclos de chats affamés! J’étais plongée dans mes pensées moroses lorsqu’une élève me bouscula. Là où elle m’avait touchée, la peau me démangeait d’une vibration électrique. Un visage s’insinua dans mon esprit, celui d’un inconnu aux iris aussi verts et froids que ceux d’un serpent, puis il s’effaça aussitôt. Je retiens ma respiration. Ma nouvelle vie était sur le point de commencer.

Son destin est plus grand que le notre.

L’auteur

Marilou AznarMarilou Aznar a travaillé dans le milieu de la musique ainsi que dans le monde du doublage des séries TV.

Lune mauve, son premier livre est une trilogie dont le premier tome : la disparue, est paru le 6 mars 2013. Le tome 2 : l’héritière, paraitra en mai 2013 et le troisième et dernier volet : l’affranchie, sortira en automne 2013.

Le livre

Editions Casterman – Paru le 6 mars 2013.

Format broché – 432 pages.

Alors là, je dois dire un grand bravo à la maison d’édition pour la beauté du livre. On ne le voit pas sur l’image mais la couverture est irisée, avec le titre en relief. La lune en premier plan nous envoute complètement et nous invite à découvrir son secret. La jeune adolescente de la couverture reste en retrait permettant de nous laisser hypnotiser par la lune.

Mon avis

Écrit à la première personne, nous faisons la connaissance de Séléné, perdue au fin fond de la presqu’île de Crozon en Bretagne. Séléné qui jusqu’ici vivait un peu recluse avec son père, va se retrouver propulsée pour sa rentrée de seconde dans l’un des lycées les plus snob de Paris : Darcourt. Elle va tout de suite être prise en grippe par la “star” du lycée et sa clique : Alexia sa cousine. Des éléments étranges vont se produire depuis son arrivée à Paris et des éléments sur la disparition de sa mère il y a plusieurs années vont forcer Alexia a enquêter sur ses origines et notamment sur la soudaine disparition de sa mère.

Séléné est vraiment attachante. J’ai tout de suite adhéré à ce personnage, non pas parce qu’il s’agit de l’héroïne, mais tout simplement parce qu’elle est vraie et authentique. Ce n’est pas l’une de ces miss parfaites que l’on rencontre souvent dans les livres. Séléné est tout simplement l’adolescente dans toute sa splendeur avec ses qualités et des défauts : peu sûre d’elle, elle peut être adorable avec ses amis et l’instant d’après devenir totalement égoïste. Elle va faire beaucoup d’erreurs, notamment avec ses amis mais aussi sa famille, mais elle va apprendre de ses erreurs.

Les autres personnages sont aussi attachants qu’éclectiques et apportent chacun sa propre couleur dans le roman : Nora, Adrien, Alexia, Milou, Thomas, Scarlett, Lazlo… bref tout un panel de personnages que l’on va aimer ou détester et qui vont suivre Séléné tout au long du roman.

La romance est aussi présente dans ce livre avec le mystérieux Lazlo. Mais tout comme le fantastique, celle-ci est très bien dosée sans qu’on se retrouve dans un roman pour midinettes! Le fantastique est quand à lui parsemé à travers les déboires de l’adolescente. Par petites touches, on commence à découvrir un nouvel univers et j’espère que celui-ci aura plus de place dans le second tome.

Lune Mauve est donc avant tout un roman sur l’adolescence et ses difficultés. Tout les thèmes y sont abordés notamment l’amour, trouver sa place dans une mini-société comme le lycée, les réseaux sociaux et leur impact, l’alcool… sans que cela soit un livre dénonciateur.

J’ai aimé l’écriture de l’auteure qui est vraiment très fluide. Tout est vraiment très bien détaillé notamment les paysages et tout ce qui entoure Séléné. Cependant, il y a un seul bémol pour moi dans ce livre c’est que j’ai trouvé que tout ce qui ne concernait pas Séléné, notamment ses amis ou les autres personnages, n’étaient pas assez détaillés. J’ai eu l’impression parfois d’avoir raté un passage lorsqu’une révélation sur des personnages apparaissait. Mais je me demande si justement, cela n’est pas voulu par l’auteure, étant donné que le récit est raconté par Séléné, qui parfois à tendance à ne se préoccuper que d’elle même, elle apprend comme nous certaines choses comme un cheveu sur la soupe puisqu’elle ne s’était pas préoccupée plus que ça de ses amis… bref à méditer!!!!

 

En conclusion, ma note

4,5

Une jolie écriture nous dévoilant une héroïne authentique, saupoudrée de fantastique pour un premier tome très prometteur de cette trilogie.

 

Quelques citations

p59 : “Le temps est une mécanique étrange. Il a le don merveilleux de se suspendre l’instant d’un regard. J’avais la sensation que mon inconnu me scrutait depuis une éternité. Le dernier soleil de l’automne tamisant son or entre les branches, la douceur trompeuse de l’air chargé de l’odeur sucrée des magnolias, tout autour de moi se figea, gravant à jamais dans mon esprit la douloureuse perfection de cet instant.”

p97 : “ Un espoir mêlé de peur fit naître en moi des émotions d’une violence inconnue. La foudre m’avait frappée, bouleversant mon existence de son feu dévastateur. Les eaux paisibles de mon cœur s’étaient soulevées, et coulaient à présent dans mes veines comme un torrent tumultueux.”

p314 : “ J’étais redevenue la petite fille abandonnée d’autrefois. Celle qui avait tant de fois rêvé de cet instant sans imaginer que l’amertume des regrets l’empoisonnerait pour toujours.”

p334 : “ La morsure de la souffrance arriva plus tard, comme une vague refluant après le vide, insoutenable.”

p343 : “ L’atmosphère sauvage de l’île avait fini par mettre à nu ma souffrance. Telle une morte, un zombie, qui s’éveille lentement à la vie, tout me bouleversait. Le silence, l’âpreté du paysage. Le bleu insensé du ciel qui se mêle à l’eau. Le vent parfumé d’essences, piquant de sel.”

 

Petits plus

Marilou Aznar et moiLe 2 mars dernier, j’ai eu la chance de rencontrer l’auteure avec plusieurs autres blogueuses dans un salon de thé parisien grâce aux éditions Casterman. Une rencontre en petit comité nous permettant de poser pleins de questions à l’auteure et d’en savoir un peu plus sur elle. Marilou Aznar est vraiment très sympathique. Je suis très timide et elle a su nous mettre à l’aise étant donné qu’elle même avait un peu peur de cette première rencontre! Je n’ai pas pris de notes à gogo, ni même enregistré cet échange car je voulais en profiter un maximum. Mais voici en résumé ce que cette rencontre m’a appris :

Marilou écrit depuis l’enfance, elle a voulu écrire un livre pour ado car elle même se sent encore un peu ado. Elle aime le fantastique et la science-fiction mais pas la fantasy. Le fantastique dans son livre à petite dose permet de servir l’histoire sans étouffer le côté contemporain. Tous les lieux du roman existent et son des lieux qu’elle a déjà visité durant son enfance. Elle aime beaucoup les civilisation oubliées c’est pour cela qu’il en question dans le livre. Côté écriture, elle écrit toujours dans le désordre et non pas de manière chronologique, et elle a souvent jonglé entre les trois tomes. Elle adore lire et les réseaux sociaux!

Marilou Aznar dédicaceA la fin, une petite séance de dédicace (la première pour l’auteure) pour mon plus grand plaisir 🙂

Dédicace Marilou Aznar

Un auteure adorable vraiment très proche de ses lecteurs, n’hésitez surtout pas à visiter le blog du livre : http://bloglunemauve.wordpress.com/ ainsi que la page facebook tenue par Marilou Aznar elle même!

Le trailer du livre:

 

Enfin, l’auteure sera présente au salon du livre de Paris le dimanche 24 mars.

Livre lu dans le cadre 81568792_p Catégorie couleur





La cité des ténèbres, tome 1 : la coupe mortelle, Cassandra Clare

3 03 2013

LaCiteDesTenebres_1

Présentation de l’éditeur

Clary n’en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et, détail terrifiant : le corps de la victime a disparu d’un seul coup !
Mais le pire reste à venir… Sa mère a été kidnappée par d’étranges créatures et l’appartement complètement dévasté. Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d’antiques forces démoniaques et la société secrète des chasseurs d’ombres… Une guerre dans laquelle elle a un rôle fatal à jouer.

L’auteur

Cassandra CareCassandra Clare est né de parents américains à Téhéran, en Iran et a passé une grande partie de son enfance à parcourir le monde avec sa famille. La Coupe Mortelle est son premier roman. (source : le site de l’auteur)

Le livre

Éditions Pocket Jeunesse – Paru le 16/05/2012

Format broché – 571 pages

Je trouve la couverture très belle, très sobre et mystérieuse, avec juste une petite touche de couleur pour le titre et les traces de griffure rouges. Il s’agit d’une réédition et je préfère cette nouvelle couverture plutôt que l’ancienne :

livre-la-coupe-mortelle-1

Mon avis

Ce livre est tombé par hasard dans mes mains lors du salon du livre et de la presse jeunesse 2012 de Montreuil. En effet, en me baladant sur le stand de Pocket, à la caisse où je payais d’autres achats, je suis tombée sur une affiche de cette saga et une employée de chez Pocket me lance, « n’hésitez surtout pas, j’ai dévoré les 3 tomes en une semaine, c’est vraiment très bien, mieux traduit que Twilight ». De là, en entendant Twilight, mon chéri me l’offre! Et bien je ne suis pas déçue, bien que pour le moment, aucune saga de ce genre n’a détrôné Twilight pour moi!

Tout est au rendez-vous pour plaire aux ados et jeunes adultes : fantastique, triangle amoureux, don, passé trouble… ingrédients qui se retrouvent très souvent dans ce genre de livre mais qui marchent très bien et cette saga le prouve!

Nous suivons donc Clary, une jeune New-yorkaise de 16 ans qui va faire une rencontre assez inattendue : un groupe de chasseurs d’ombres. En effet, elle l’ignorait encore avant leur rencontre, mais son monde est peuplé de créatures fantastiques comme les vampires, sorciers et loup-garous, et les chasseurs d’ombres sont là pour protéger les humains.


Jusqu’au 3/4 du roman, je me suis dit, bon voilà un livre sympa, qui se lit facilement mais qui finalement ne sort pas du lot. Et bien je dois dire qu’une révélation, que je n’avais pas du tout vu venir à la dernière partie du roman, me fait changer mon point de vu! J’espère que la suite sera aussi imprévisible!

En conclusion, ma note

4

On se laisse facilement prendre par l’intrigue et les personnages, un livre réunissant tous les ingrédients de la littérature pour jeunes adultes.

Petits plus

N’hésitez pas à aller faire un tour sur le site très complet de la saga : http://www.lacitedestenebres.com/

L’adaptation cinématographique est prévu pour le 16 octobre 2013 et je dois dire que la bande annonce me fait très envie:

challenge perso chroniques
1/40




L’héritage des Darcer, tome 2 : Allégeance, Marie Caillet

10 02 2013
L'héritage des darcer t2

Présentation de l’éditeur

Renversée depuis des années par la terrible dictature d’Edrilion, la dynastie des Darcer n’a qu’une seule héritière, Mydria. Dernier espoir pour ses ancêtres, celle-ci doit accomplir la prophétie : retrouver le trésor familial enfoui et renverser le roi usurpateur. À la mystérieuse mort du souverain Keagan, la cour d’Edrilion est enfin libre de choisir son nouveau maître. Mais la reine, convaincue qu’il s’agit d’un meurtre, refuse d’abandonner son empire. Avec l’aide des Chimères, véritables extensions de son esprit et d’un lointain parent, elle met tout en œuvre pour conserver son trône. En haut lieu, personne ne se doute que l’héritière des Darcer est encore en vie. Pourtant, dans les faubourgs d’une ville malfamée, Mydria et son compagnon Orest luttent pour subsister. Alors qu’ils se croyaient loin de ces enjeux de pouvoir qui les dépassent, le destin va les ramener à Edrilion plus tôt que prévu. Mais au milieu du chaos qui menace le royaume, une simple jeune fille et un hors-la-loi sans autorité peuvent-ils encore rétablir la dynastie déchue ?

L’auteur

Marie Caillet
Très jeune auteure, puisque ce premier tome fut écrit à l’âge de 18 ans lorsqu’elle remporta le concours du nouvel auteur jeunesse.
Le premier tome de cette trilogie est paru le 14/10/2010, vous pouvez lire mon avis ici.
Le second tome , Allégeance, est paru le 01/12/2011.
Le dernier tome (d’ailleurs je suis en pleine lecture), La relève, est paru le 03/01/2013
N’hésitez pas à vous rendre sur le blog de l’auteure : http://mariecaillet.20minutes-blogs.fr/

Le livre

Editions Michel Lafon.
Format broché paru le 24/11/2011 – 370 pages.
Ce second tome possède également une couverture magnifique, avec une dominance de bleu (contrairement au premier qui était vert) avec une créature fantastique dont on devine l’espèce durant la lecture.

Mon avis

C’est avec plaisir que j’ai retrouvé les aventures de Mydria. Le premier tome avait été un coup de cœur à la fois pour le roman mais aussi pour cette jeune auteure, et ce second tome tient toutes ses promesses.
J’avais hâte de retrouver My et Orest mais malheureusement, il m’a fallut attendre 80 pages pour avoir enfin de leurs nouvelles !!!! En effet, le début du roman est concentré sur La Déléane et son stratagème pour mettre son parent au pouvoir d’Edrilion.
Avec ce tome, nous découvrons encore une toute nouvelle My. On est bien loin de la Mydria Siartt du début du premier tome, assez snob et prétentieuse. En effet, nous rencontrons My en compagnie d’Orest qui luttent pour survivre dans une ville d’Edrillon, vivant dans la pauvreté, mais ensemble coûte que coûte. Les retrouvailles avec Allian, leur compagnon d’aventure du premier tome, va à nouveau les mettre sur la quête des Darcer, afin que My puisse récupérer le trône qui lui est destiné.
Leur quête ne va pas être simple et un certain nombre de nouveaux personnages vont faire leur apparition, dont Kebren, une Kmett (espionne s’aidant de chats). Chaque personnage amène sa petite touche et finalement, ils sont tous attachants (comme lors du premier tome).
Dans ce tome, on découvre mieux Edrillon : ses différentes composantes, ses différentes créatures … et j’ai beaucoup aimé suivre My dans la découverte de ce royaume. De plus, le royaume de La Déléane est un peu moins mystérieux et l’on commence à découvrir certaines choses le concernant.
L’écriture est toujours aussi fluide, sans longueurs et je vais me répéter comme pour le premier tome, mais je reste bluffée par la qualité de l’écriture pour cette jeune auteure.

En conclusion, ma note

4

Une suite qui a su répondre à mes espérances, une jolie écriture entourant une quête pleine de rebondissement et de personnages hauts en couleurs!




La nuit du Solstice, L.J.Smith (intégrale)

13 08 2012

Présentation de l’éditeur

La maison sur la colline est un lieu étrange. Irrésistiblement attirée par le mystère qui s’en dégage, Claudia implore sa grande sœur, Alys, ainsi que ses amis, les jumeaux Charles et Janie, de l’y accompagner. Là-bas, grâce à une formule obscure qui leur permet de traverser les miroirs, ils sont transportés dans un autre univers, le Féerie, où la magie règne. Un monde où la sorcière Morgana, gardienne des portes, a disparu.

Or le solstice d’hiver approche, seul moment d’ouverture du dernier passage.

Et maintenant que les portes ne sont plus gardées, le terrible mage noir Cadal prévoit de l’utiliser pour envahir et asservir les humains. Pour l’en empêcher, Claudia, Alys, Charles et Janie vont devoir libérer Morgana, retenue prisonnière par un sombre enchantement. Mais comment retrouver la sorcière protectrice dans ce monde aussi étranger qu’imprévisible?

Trouver le passage ou se perdre à jamais…

L’auteur

Auteure de sagas fantastiques young adults :

  •   Night World : 10 tomes actuellement, dont 8 sortis en France.
  •   Le journal d’un vampire : 7 tomes.
  •   Le cercle secret : 3 tomes
  •   Un jeu interdit : 3 tomes (la trilogie est réunie sous forme d’un livre unique aux éditions Michel Lafon). Mon avis ici.
  •   Prémonitions : 3 tomes (la trilogie est réunie sous forme d’un livre unique aux éditions Michel Lafon).

Le livre

Editions Michel Lafon.

Deux tome en 1 : Solstice d’hiver et Un cœur indompté – 489 pages – Broché

Un couverture magnifique, je me suis laissée prendre par cette sublime couverture, mais malheureusement, le contenu n’est pas à la hauteur de celle-ci.

Mon avis

Voilà le quatrième livre de L.J.Smith. Le premier avec l’auteur fut le premier tome du journal d’un vampire, que j’ai tout simplement pas fini tellement je n’ai pas aimé (d’ailleurs j’ai du le lire il y a 3 ans et pour tout vous dire je ne m’en souvient même plus). Je me suis laissée prendre avec Un jeu interdit et le premier tome de Nightworld, qui se lisent assez bien malgré quelques éléments qui m’ont rebuté (personnages pour le premier, manque d’intrigue pour le second). Alors au vu de cette couverture, je n’ai pas hésiter longtemps avant d’entamer ce livre.

Le point positif c’est que les éditions Michel Lafon font souvent des intégrales et donc nous voici avec les deux tomes réunis dans un seul livre. Comme vous avez pu vous en douter plus haut, je n’ai pas accroché à cette lecture, quoique je peux modérer ce propos pour le second tome.

Parlons d’abord du premier tome : j’ai mis très longtemps à le finir, tellement je ne suis pas rentrée une seule minute dans l’histoire. Le début m’a semblé trop familier avec Narnia : quatre frères et sœurs qui vont découvrir un nouveau monde dont la plus petite sera la plus sensible à la magie de ce nouveau monde. Bref un peu déjà vu. Ensuite ce que je reproche c’est que je pensais découvrir vraiment un univers avec Féerie mais malheureusement, l’auteur ne s’attarde pas en description de ce monde.Tout s’enchaine vite sans vraiment d’explications. Les personnages sont peu développés également. Bref un premier tome pas du tout abouti à mon goût.

Pour le second tome, c’est exactement la même chose. A cela près qu’il traite un peu de Merlin et des Chevaliers de la table ronde. Et je dois dire que là, enfin, on a des détails ! J’ai beaucoup aimé ces passages et je pense que c’est pour cela que j’ai lu ce second tome plus vite : pour pouvoir les retrouver et avoir la suite!

Pour finir il faut savoir que cette saga est l’une des toutes premières, et je crois bien la première de l’auteure ce qui peut modérer mon avis!

En conclusion, ma note

Une déception tant par les personnages que par le déroulement de l’intrigue et le manque de descriptions.

Petits plus

Je remercie les éditions Michel Lafon pour ce partenariat.

Si vous voulez d’autres avis, c’est par ici:

Livre lu dans le cadre:

9/24





Sentiment 26, Gemma Malley

1 05 2012

Présentation de l’éditeur

Tous les sentiments ont été bannis de la Cité, la haine comme l’amour. Ses habitants ont subi une lobotomie afin de garantir la paix. Étiquetés de A, Admirable, à D, Déviant, ils vivent dans une harmonie artificielle.

Pourtant Evie, 16 ans, aime Raffy en secret depuis toujours. Et lorsque le Système ordonne de l’expulser sur les terres des Maudits, elle décide de fuir avec lui. Mais au-delà des murs de la Cité se dresse le plus grand mystère qui soit. Quand on sort du Système, nul ne sait ce qu’il advient de vous…

 

Un changement d’étiquette n’est ni triste ni gai, c’est juste un fait, un fait que l’on provoque soi-même.

Livre des Sentiments 1:26

L’auteur

Gemma Malley est une écrivain anglaise qui est connue pour sa trilogie pour ados et jeunes adultes La déclaration, paru en en 2007. Pour en savoir plus sur l’auteure et ses projets, laissez-vous guider par son site.

Le livre

Éditions Michel Lafon.

Format broché publié le 12 avril 2012, 360 pages.

Je regrette la couverture originale, celle-ci accentuant mon sentiment vis-à-vis du livre.

Mon avis

Je remercie Camille des éditions Michel Lafon qui m’a permis d’enfin connaître cette auteure dont je n’entends que du bien depuis longtemps.

Le livre avait tout pour me plaire : la dystopie est très à l’honneur en ce moment et c’est un genre que j’apprécie beaucoup, le bannissement de tous les sentiments, un amour secret… et oui bien que ce sont des thèmes assez récurent dans la littérature du moment, je ne m’en lasse pas ! Mais voilà, je ressors assez mitigée de cette lecture, un sentiment de malaise durant la première partie de l’histoire m’a gênée pour vraiment apprécier cette partie.

Durant la première partie, l’auteure nous expose de façon très précise et très réaliste l’univers dans lequel Evie, notre héroïne, vit depuis qu’elle est née.  Une Cité dirigée par un guide suprême suite à des événements passés appelés « Les horreurs » et qui pour y vivre, chaque habitant doit subir le Nouveau Baptême (une opération consistant à enlever une partie du cerveau, l’amygdale, qui serait responsable des sentiments des personnes, sentiments qui sont soient bons, soient mauvais). Ces habitants sont ensuite étiquetés afin de garantir la sérénité de la Cité et doivent participer chaque semaine au grand rassemblement. Evie, une B, se sent être une mauvaise personne à cause de ses rêves étranges qu’elle fait. En effet, plus personne n’est censé rêver. Bien que le récit soit écrit à la troisième personne du singulier, on ressent les tourments d’Evie sur son identité. Elle est persuadée d’être quelqu’un de mauvais, d’autant plus de sa relation secrète avec Raffy, un D.

Voilà toute la première partie est accès sur les questions d’Evie, sa relation avec Raffy et sur le fonctionnement de la cité. J’ai vraiment apprécier que l’univers soit si bien décrit, mais c’est ce qui, je pense, a approfondi mon sentiment de malaise, de gène. Car tout au long de cette partie, j’ai vraiment trouvée la société très sectaire et c’est ce qui m’a posé  un problème.  Et maintenant, quand je regarde la couverture, je ressens encore cette gène en voyant cette jeune fille vêtue d’une tunique blanche immaculée. Pour finir sur cette partie, j’ai eu beaucoup de mal à lire le passage sur le rassemblement, où la population est comme en transe face au guide suprême. Voilà c’est assez dur de trouver les mots pour vraiment expliquer ce que j’ai ressenti durant cette partie, mais je pense que c’est ce qu’à voulu l’auteure, nous plonger au cœur de cette société absurde.

Passons maintenant à la seconde partie, celle que j’ai vraiment appréciée, où l’action est prédominante. J’ai trouvé cette partie beaucoup plus rythmée que la première, on ressent vraiment une cassure dans le récit où, après avoir posé les bases de l’intrigue, tout s’enchaine très/trop vite. On apprend énormément de choses sur le passé de chacun ainsi que sur la cité. Des personnages secondaires font leur apparition et j’aurai aimé en apprendre d’avantage sur eux. Mais il s’agit d’un premier tome, j’espère donc que la suite apportera mes espérances !

En conclusion ma note

Malgré le malaise de la première partie, j’ai vraiment apprécié cette lecture qui nous fait prendre conscience encore une fois, de ce que pourrai être la folie humaine si on laissait faire les choses.

Petits plus

Le trailer du livre pour vous laisser convaincre malgré mon avis mitigé !

Livre lu dans le cadre du challenge

6/24.





L’héritage des Darcer, tome 1, Marie Caillet

20 02 2012

Présentation de l’éditeur

Lorsqu’on s’appelle Mydria, qu’on est la fille unique et chérie des puissants Siartt et qu’on a pour objectif principal d’accéder à un pouvoir plus grand encore en épousant le prince héritier du royaume, la vie ne peut pas être ennuyeuse. Jusqu’au jour où Mydria découvre ses vraies origines. Elle n’est nullement Siartt, mais l’ultime héritière d’une dynastie renversée depuis des générations ! Horreur : à la suite de ses ancêtres, elle est tenue de se lancer à la recherche du trésor familial, recevant pour seules aides un sifflet et le Don d’Aile, cet étrange pouvoir capable de vous métamorphoser à volonté…
Le pire danger ne l’attend peut-être pas derrière l’errance, la bataille et les cloques aux pieds. Le pire danger pour un cœur confiant ne tient peut-être qu’en un seul nom : Orest.

L’auteur


Très jeune auteure, puisque ce premier tome fut écrit à l’âge de 18 ans lorsqu’elle remporta le concours du nouvel auteur jeunesse.
Le second tome de cette trilogie, Allégeance, est paru le 01/12/2011.
Pour le dernier tome, il faudra attendre encore un peu puisqu’il est en court d’écriture, d’ailleurs, pour suivre l’auteur, n’hésitez pas à vous rendre sur son blog : http://mariecaillet.20minutes-blogs.fr/

Le livre

Editions Michel Lafon.
Format broché paru le 14/10/2010 – 370 pages.
Une couverture magnifique, le vert n’est pas vraiment l’une de mes couleurs favorites, mais je dois dire que pour cette couverture, c’est tout à fait ce qu’il convenait, avec ce papillon multicolore.
Et j’ai eu le droit à une jolie dédicace de l’auteure avec un joli papillon qui m’a accompagné durant ma lecture 🙂

Mon avis

Un petit jour au salon du livre jeunesse de Montreuil est me voilà aussitôt ressortie avec divers livres, donc celui-ci ! Livre qui n’est pas resté bien longtemps dans ma PAL !
J’adore les histoires qui se passent dans les temps moyenâgeux avec des héros qui doivent réaliser une quête, avec un parcours semé d’embuches, bref de la vraie fantasy ! Et ce n’est pas parce que ce livre est orienté jeunesse qu’il ne déroge à la règle, bien au contraire.
J’ai tout aimé dans ce roman : les personnages, l’intrigue, les descriptions… Tout est incroyablement bien écrit. Je suis vraiment bluffée par la plume de cette très jeune auteure et je tire mon chapeau à Marie Caillet. Aucune longueur, aucune description afin d’augmenter le nombre de pages, mais uniquement pour nous faire découvrir l’univers d’Edrillon où évolue les personnages.
Les personnages sont tous attachants bien que très différents les uns des autres. L’auteure a su nous donner une magnifique palette de personnages hauts en couleur et en personnalité. Je dois dire qu’au début, j’ai détesté My, notre héroïne, cette petite « princesse » snob qui ne prétend au trône uniquement par un mariage. Malheureusement pour elle et heureusement pour nous, cela ne va pas se passer comme elle le désir et elle va devoir quitter son petit nid douillet pour se retrouver dans une quête avec les pires brigands d’une guilde.
J’ai beaucoup ri à certains passages, le livre ne manque pas d’humour notamment lors des confrontations entre Orest et My. Et c’est justement ce qu’il m’a plu dans ce roman. On n’est pas du tout dans l’éternelle histoire d’amour entre deux jeunes que tout oppose, bien au contraire ! La relation de ces deux là est loin d’être aussi simple.
Je ne vais pas en dévoiler plus sur ce livre et le périple de My, beaucoup de choses à découvrir, et à apprécier sans hésiter !

En conclusion, ma note


Un livre à lire absolument, une jeune auteure à découvrir et à suivre de très près.

Quelques citations :

J’ai adoré ce passage où Orest essaye d’apprendre à My de combattre :

P224 « Une demi-seconde plus tard, Orest attaquait. Terrorisée, My vit sa large lame se ruer dans sa direction, et eut une réaction tout à fait stupide : au lieu de lever sa rapière pour se défendre, elle ne pensa qu’à la laisser choir pour s’enfuir à toutes jambes, poursuivie par son professeur. […] S’il vous plaît, réveillez le peu de combativité qui stagne en vous !  l’invectiva Orest, sans ironie, mais sans bienveillance non plus. Je vous apprends à vous battre, pas à courir ! »
P306 : « Ses pieds volaient au secours de My de leur propre initiative. Lui-même, en son âme et conscience, ne savait plus bien où il était. Il avait simplement peur. Si My… si cette petite idiote était… A non ! Il l’avait traînée d’un bout à l‘autre d’Edrillon. Elle n’allait pas lui claquer dans les doigts maintenant !
–    My ! beugla-t-il. Répondez, ventredieu !
Rien. Pour une fois, elle se taisait. C’était bien le moment…

Petits plus

Comme dit plus haut, n’hésitez pas à suivre l’actualité de l’auteur à travers son blog, où elle partage également les avis de ses lectures !
Ce livre a été lu avec ma partenaire mais avant tout amie Mélo pour une lecture commune, n’hésitez pas à aller lire son avis !
Livre lu dans le cadre du challenge

4/24