Borgia, Tom Fontana

12 10 2011

Présentation de l’éditeur

1492. Le pape Innocent VIII se meurt. Au Vatican, un cardinal catalan, assoiffé de pouvoir, est prêt à tout pour lui succéder. Un homme d’une cruauté sans égale, dont le nom restera dans les mémoires comme l’un des plus tristement célèbres de l’histoire de l’Eglise catholique : Rodrigo Borgia.

Elu au Saint-Siège grâce à la corruption, il doit faire face, dès sa prise de pouvoir, aux complots des grandes maisons romaines qui veulent la perte de cet « étranger » aux mœurs scandaleuses. Dépenses fastueuses, maîtresses, enfants illégitimes qu’il marie au gré de ses alliances, assassinats en cas de difficulté : Rodrigo joue selon ses propres règles. Mais quand les armées du roi de France arrivent aux portes de la ville, il sait qu’il lui faudra l’appui de ses fils. Auquel pourra-t-il faire confiance ? A Juan, l’arrogant enfant gâté, ou à Cesare, tourmenté par la noirceur de ses pulsions ? De ses choix dépendront non seulement l’avenir des Borgia, mais aussi celui de Rome et de l’Italie tout entière.

Ancrée dans le foisonnement intellectuel et créatif de la Renaissance, cette saga dramatique retrace la grandeur et la décadence d’une illustre famille ; de Cesare, le modèle du Prince de Machiavel, à Lucrèce, tiraillée entre mysticisme et sensualité, en passant par la sulfureuse Giulia Farnese et l’insaisissable Rodrigo.

L’auteur

Producteur et scénariste américain (notamment de la série Oz), Borgia est son premier roman, dont la série télévisée de ce livre fut créée par lui.

Mon avis

Beaucoup d’auteurs ont consacré leur plume à cette célèbre famille du XVème siècle comme Alexandre Dumas et Victor Hugo, que je n’ai malheureusement pas encore eu l’occasion de lire mais que j’ai très envie de découvrir. Alors quand j’ai eu l’occasion de lire ce livre grâce à Camille des éditions Michel Lafon, que je remercie beaucoup, je me suis empressée de le lire, bien que j’avais quelques aprioris par rapport à l’auteur. En effet, ma dernière expérience de lecture avec un auteur étant à la base producteur/réalisateur de séries, fut une grande déception (cf Level 26 d’Anthony E.Zuiker), aprioris qui ont totalement disparus dès les premières pages.

On se retrouve propulsé en 1492, à Rome où l’on suit les frasques de cette famille dont le plus redoutable est Rodrigo Borgia. Dès le début, une multitude de personnages s’offrent à nous et je dois dire que j’ai été un peu dérouté par cela. Heureusement, une liste des personnages, ainsi que les arbres généalogiques des différentes familles nous sont donnés au début. Malgré tout, durant toute ma lecture, j’ai du m’en servir pour me repérer devant cette floraison de personnages, ce qui gêne un  peu la lecture.

Cependant, on est tout de suite happé par le récit, qui s’enchaine très vite, sans temps mort et sans étalage de descriptions. Et c’est la qu’on ressent que l’auteur à dès le départ pensé à la série télévisée, car on imagine très bien la représentation tout au long du livre.

En plus des actions du livre, le second point fort sont les personnages qui sont chacun complexes et torturés. L’auteur a su vraiment travailler ses personnages et on se rend vite compte que finalement, chacun a une part de bien et une part de mal et qu’ils ne sont pas tout blancs ou tout noirs.

Pour finir, je regrette quand même qu’il n’y ai pas eu plus de descriptions physiques des personnages et des lieux ce qui nous empêche de bien se projeter dans le livre, ce qui est quand même paradoxal car je voyais très bien le livre adapté cinématographiquement !

En conclusion, ma note

Une fresque historique bien menée sans temps mort et avec des personnages complexes, mais le manque de descriptions a un peu gâché ma lecture.

Une citation :

P179 : « Rodrigo attira Alessandro à lui et, le prenant par la nuque, il l’embrassa sur les deux joues. Alessandro se sentit littéralement happé. Ce baiser n’avait rien d’affectueux. Par ce signe, désormais il appartenait – au sens le plus pur du terme – à la famille Borgia, il lui devait allégeance et, en retour, elle le protégerait. Toute défaillance serait sanctionnée de manière exemplaire. C’était le baiser d’un chef sans pitié. »

Petit plus :

Le trailer de la série:

La vidéo de présentation de la série télévisée par Tom Fontana : http://www.canalplus.fr/c-series/pid3632-c-borgia.html?tab=1-1&page=1

Livre lu dans le cadre: : 4/7

Publicités

Actions

Information

4 responses

12 10 2011
Mélo

C’est un livre qui ne me tente pas mais tu me ferais presque changer d’avis, didon ! 🙂

16 10 2011
nodreytiti

Ah ça fait plaisir! Et bien si tu veux le découvrir, tu sais ce qu’il te reste à me dire ^^

15 10 2011
sofiaportos

Des frasques historiques, des scandales et des corruptions et tout ça à la renaissance?? Je note et plutôt deux fois qu’une 😀

16 10 2011
nodreytiti

Oui tout ça tout ça!!!!!
Je peux te le prêter si tu veux!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :