Tout, tout de suite, Morgan Sportès

10 07 2011

Présentation de l’éditeur :

Vous qui entrez ici, laissez toute espérance. Ce livre est une autopsie: celle de nos sociétés saisies par la barbarie.      

En 2006, après des mois de coups tordus et d’opérations avortées, une petite bande de banlieue enlève un jeune homme. La rançon exigée ne correspond en rien au milieu plutôt modeste dont ce dernier est issu. Mais le choix de ses agresseurs s’est porté sur lui parce que, en tant que Juif, il est supposé riche. Séquestré vingt quatre jours, soumis à des brutalités, il est finalement assassiné.     

 Les auteurs de ce forfait sont chômeurs, livreurs de pizzas, lycéens, délinquants.
Certains ont des enfants, d’autres sont encore mineurs. Mais la bande est soudée par cette obsession morbide: «Tout, tout de suite.»     

Morgan Sportès a reconstitué pièce par pièce leur acte de démence. Sans s’autoriser le moindre jugement, il s’attache à restituer leurs dialogues confondants d’inconscience, à retracer leur parcours de fast-foods en cybercafés, de la cave glaciale où ils retiennent leur otage aux cabines téléphoniques d’où ils vocifèrent leurs menaces, dans une guerre psychologique avec la famille de la victime au désespoir et des policiers que cette affaire, devenue hautement «politique», met sur les dents.

Indigence intellectuelle et morale au milieu de l’indigence architecturale et culturelle: il n’y a pas de mot pour décrire l’effroyable vide que la société a laissé se creuser en son sein, et qui menace de l’aspirer tout entière.
Pas de mot. Il fallait un roman.

L’auteur :

Premier livre : Siam (éditions Seuil)

Dernier livre paru : L’aveu de toi à moi (éditions Fayard)

A paraitre : Tout, tout de suite (éditions Fayard)

Mon avis :

Voilà un livre très touchant, poignant, sur ce fait horrible survenu en 2006.

Le livre est scindé en deux parties : dans la première, nous prenons connaissance des différents protagonistes qui auront, de prêt ou de loin, touchés à cette affaire, nous avons accès surtout au chef du gang Yacef et à toutes ses anciennes opérations non réussies. Dans la seconde partie, nous suivons le kidnapping d’Elie et tous les événements qui ont conduit à son destin tragique.

L’auteur a fourni un travail énorme de recherche pour tout nous reconstituer dans les moindres détails.

Seulement voilà, certes, on ne peut pas rester insensible à cette histoire, mais je n’ai jamais réussi à rentrer dans le livre, faute de détails. En effet, en voulant vraiment tout nous reconstituer, l’auteur nous submerge en détails. Dès les premières pages, on est assailli par une multitude de personnages avec leurs noms et  prénoms, mais aussi leurs pseudos, de quoi se perdre dès le début. Beaucoup trop de détails par exemple sur un parcours effectué en voiture où tout un paragraphe est écrit rien que pour nous donner le nom des rues !!! Beaucoup trop de répétitions aussi, bien que parfois, ça m’a permis de me retrouver parmi tous ces personnages. J’ai vraiment eu l’impression pendant ma lecture, que je lisais un quotidien de 379 pages !

Cependant, nous pouvons grâce à tous ces détails, avoir accès à la psychologie des différents auteurs de cet acte de barbarie. Non pas pour comprendre (aucun acte ne pourra justifier ce méfait), mais pour voir quelles séries d’événements ont conduit à cet acte sauvage.

En conclusion, ma note :

En voulant vraiment nous reconstituer ce fait, l’auteur nous perd en détails. Il n’en reste pas moins que c’est un roman émouvant et que l’auteur a fait un très grand travail de recherches.

Je remercie Libfly et les éditions Fayard, qui m’ont permis de lire ce livre en avant première grâce à l’opération Livre de la rentrée littéraire 2011 avec le Furet du Nord.

Une citation :

P204 : «  Rien demeure de ce jeune homme souriant […] C’est le visage d’un adulte. Mais pas de n’importe quel adulte : d’un être qui, en quelques jours, a pu faire le tour de ce que d’autres mettent une vie à cerner : l’horreur humaine. Les ans ne l’ont pas marqué, mais la bassesse d’autrui. Il a passé trois semaines à l’école du mal. »

 

 

Livre lu dans le cadre : 2/4

Publicités

Actions

Information

6 responses

10 07 2011
mutinelle

Malgré les points négatifs que tu soulèves, tu m’as donnée envie de le lire dis donc ^^

29 07 2011
nodreytiti

🙂 Pour une fois que c’est moi qui te tente! Tu veux que je te l’envoi ?

14 09 2011
Stephie

C’est rigolo car je n’ai pas trouvé qu’il y avait trop de détails. Quelques répétitions par contre 😉

15 09 2011
nodreytiti

Oui j’ai également trouvé qu’il y avait beaucoup de répétitions aussi.
Pour les détails, c’est par exemple quand l’auteur nous décrit le trajet en voiture avec toutes les rues qu’ils vont emprunter, je trouve ça assez lourd à lire.

14 09 2011
sophie57

c’est un fait divers horrible, j’ai repéré ce livre, je le lirai peut-être par curiosité…

15 09 2011
nodreytiti

Oui un fait divers horrible, qui nous montre une fois de plus la cruauté des gens. Mais un livre à lire pour justement, ne pas oublier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :