Delirium, Lauren Oliver

31 03 2011

 

Présentation de l’éditeur :

Plus que quatre-vingt-quinze jours, et je serai enfin protégée de l’amor deliria nervosa.

Après le protocole, je serai heureuse et en sécurité. Pour toujours.

C’est ce que tout le monde dit.

Et je l’ai toujours cru.

Jusqu’à aujourd’hui.

Car aujourd’hui tout à changé.

Si l’amour conduit à la folie, alors je veux perdre la raison.

Si l’amour est une maladie, alors je veux être contaminée.

Si l’amour est la vérité, alors je préfère une seule seconde de cette vie qu’un éternité de mensonges.

Mon avis :

Un grand merci à et aux éditions Hachette Jeunesse Black Moon pour ce partenariat.

 

Delirium, un titre aussi beau qu’énigmatique.

Une phrase accrocheuse : « Et si rien n’était plus dangereux que l’amour ? ».

Une magnifique couverture, simple et élégante.

Et une quatrième de couverture mystérieuse.

Voilà les ingrédients qui m’ont donné envie de lire ce livre et je n’en suis pas déçue.

 

En ce moment, la dystopie (récit de fiction peignant une société imaginaire, organisée de telle façon qu’elle empêche ses membres d’atteindre le bonheur, et contre l’avènement de laquelle l’auteur entend mettre en garde le lecteur, Source : Wikipedia) est très présente dans la littérature mais jusqu’à aujourd’hui, je n’avais lu que Hunger Games T1 de Suzanne Collins, que j’avais adoré ! Et bien je dois dire que ce fut la même chose pour Delirium, est c’est même un véritable coup de cœur pour moi. A croire que ce genre me correspond tout à fait !

 

Nous voici donc plongé au cœur de Portland où l’amour est considéré comme une maladie : l’amor deliria nervosa (n’est pas un nom magnifique pour une maladie ?). Dès 18 ans, chaque personne se fait opérer pour enlever la partie du cerveau contrôlant les sentiments. Conclusion ? Toute personne majeur n’éprouve plus aucun sentiment et la société établie ta vie (travail, famille…). Tableau plutôt affolant non ?

 

C’est donc dans cette société que vit Léna, notre héroïne, qui compte les jours qui lui reste pour être enfin immunisée contre cette horrible maladie. J’ai beaucoup aimé le personnage de Léna car je me suis totalement identifiée à elle : une fille ordinaire, ayant peu confiance en elle et se sentant très inférieure à sa meilleure amie Hana.

Comme la plupart des personnes, elle croit au gouvernement et boit les paroles de celui-ci. Cependant, sa rencontre avec Alex va commencer à faire chavirer sa foie en la société dans laquelle elle vit.

 

Lauren Oliver nous peint un sombre tableau de ce que l’homme peut faire comme absurdité. J’ai beaucoup aimé les débuts de chapitres, où des textes de loi, des textes officiels ou des comptines nous sont présentés, ce qui nous permet de bien imaginer la société dans laquelle vie Léna.

P99 : « De tous les systèmes corporels, le système cardiaque est le plus fragile et le plus sujet aux perturbations. Le rôle de la société est de prémunir de ces systèmes contre les infections et les dégradations, au risque de mettre, dans le cas contraire, l’avenir de la race humaine en danger. De même qu’un fruit est protégé des insectes, des chocs et de la pourriture par l’ensemble des techniques agricoles modernes, de même, il nous faut protéger le cœur. »

 

Le récit est écrit du point de vue de Léna, ce qui nous permet de suivre ses doutes, ses peurs, ses questions, ses malheurs et ses bonheurs. Au fil du livre, progressivement, elle commence à douter et à comprendre certaines choses. Cela prend du temps ce qui est tout simplement normal, nous même si on apprend que tout ce à quoi on croit n’est qu’une illusion, même en ayant la preuve sous les yeux, il nous faut du temps pour l’accepter. Ce livre nous peint également l’amour. Mais l’amour pur, l’amour sous toutes ses formes. Et cela, sans être à l’eau de rose et gnangnan !

 

J’ai également apprécié le personnage de Hana. Un peu fofolle mais qui est quelqu’un de très lucide. L’amitié entre les deux filles est vraiment très forte et on ressent toute la tristesse que Léna éprouve à l’approche de leur opération : car bien sur, aucune émotion signifie la fin de leur amitié.

 

Maintenant, parlons un peu d’Alex : Alex, le rebelle, Alex le mystérieux, Alex le ténébreux… finalement, on n’en sait peu sur lui ce qui est fort dommage. J’aurai aimé apprendre beaucoup plus de sa vie d’avant la rencontre avec Léna.

Un petit bémol : la société dans laquelle ils vivent contrôle et surveille tout. De fréquents raids sont organisés, et un couvre feu est imposé aux mineurs. Cependant, j’ai trouvé un peu trop simple les escapades de Léna la nuit pour une société aussi totalitaire. Mais bon ce n’est qu’un détail !

 

Pour finir, je ne vais pas cacher que la fin est horrible pour le lecteur ! Je me suis dit, ce n’est pas possible, ça ne peut pas finir comme ça, il manque quelque chose ! Mais grâce à MyaRosa (dont son avis est aussi positif que le mien), j’ai su qu’un second tome devait paraitre ce qui a mis un terme à mon hurlement !

 

En conclusion, un coup de cœur pour moi, une plume très délicate qui peint avec merveille les débordements de la société et l’amour. A découvrir !!!!

 

 

Quelques citations :

P11 : « Je n’aime pas savoir qu’à l’heure qu’il est la maladie coule dans mon sang. Parfois, je le jure, je la sens, elle me brûle les veines à la façon d’un liquide gâté, à la façon du lait tourné. Elle me donne l’impression d’être sale. Elle m’évoque des enfants capricieux. Elle m’évoque des images de résistance, de filles malades se roulant par terre de désespoir et s’arrachant les cheveux, la bouche écumante de salive. »

 

P316 : « Aimer : un mot unique, une chose fuyante, pas plus épaisse qu’un fil. Voilà ce dont il s’agit : le fil d’un rasoir. Qui s’insinue au cœur de votre vie et la coupe en deux. L’avant et l’après. Le reste du monde tombe d’un côté ou de l’autre. Avant et après. Quant au pendant, il n’est pas plus épais qu’un fil, lui non plus. »

 

P441 : « D’ici quelques heures, l’embrasement du matin s’immiscera à travers l’obscurité, le monde récupérera ses contours, les gens se lèveront en bâillant et prépareront leur café comme toujours. La vie suivra son cours. Au fond de mon âme, une vieille douleur, plus puissante que les mots, se réveille : ce fil qui relie chacun d’entre nous aux racines de l’existence, ce vieux fil qui se déroule, résiste, recherche désespérément une prise, le moyen de rester en vie, de respirer, de continuer. Mais je me débats contre lui, je m’en libère. Je préfère mourir selon ma volonté plutôt que de vivre selon la vôtre. »

 

Je fais tourner ce livre, si vous êtes intéressé, c’est ici.

Publicités

Actions

Information

18 responses

31 03 2011
sofiaportos

Je le note, merci pour ton avis. Je ne sais pas si tu as lu la série de Scott Westerfield « Uglies » et les tomes suivants, mais il y à quelques ressemblances à première vue sur le fond.

1 04 2011
nodreytiti

Non je ne l’ai pas encore lu, bien que le premier tome dort dans ma chambre depuis un moment!

31 03 2011
Luthien

Ce livre m’a vraiment l’air superbe ! 🙂

1 04 2011
nodreytiti

Il l’est! D’ailleurs, je le fait tourner si quelqu’un est intéressé, il y a un onglet exprès sur mon blog!

1 04 2011
MyaRosa

Quel beau billet, tu en parles très bien. Comme tu le sais, c’est un coup de coeur pour moi aussi, j’ai vraiment adoré ce livre.

Sofia : Ca m’a fait penser à Uglies également, même pendant la lecture, il y a quelques similitudes, sans doute parce que c’est de la dystopie. J’avais beaucoup aimé Uglies, mais j’ai préféré Délirium. 😉

Heureusement qu’il y a une suite ! 🙂 Comme toi, je l’attends avec impatience.

1 04 2011
nodreytiti

Merci c’est très gentil. J’ai eu du mal à le pondre quand même le billet car vus que c’est un coup de coeur j’ai essayé de faire mieux que d’habitude! En tout cas c’est dur d’attendre la suite!

1 04 2011
Mélo

Et beh, rien de moins qu’un coup de coeur !! J’ai parcouru ton (super !) avis en diagonale car je suis toujours partante pour que le livre fasse une halte chez moi 😉
Gros bisous !

1 04 2011
nodreytiti

Oh merci beaucoup ma Mélo! J’espère qu’il te plaira! Oui oui je t’ai bien noté pour le tourne livre, il faut juste que je trouve des enveloppes lol!!! gros bisous.

1 04 2011
Véro

Tous les avis convergent et se livre va bientôt se diriger vers ma LAL si ça continue ainsi !

1 04 2011
nodreytiti

Je le fais tourner si tu veux!

1 04 2011
Véro

CE livre … mes doigts ont fourché !

1 04 2011
nodreytiti

lol ça arrive à tout le monde!

4 04 2011
Read-with-me

Alors là je le rajoute direct dans ma wish list ! Je l’avais déjà vu sur je ne sais plus quel site et la 4ème de couv m’avait plutôt emballée, et là ton avis m’a vraiment donné envie de le lire! J’adore les dystopies!

4 04 2011
nodreytiti

Ah je suis contente alors! Si ça t’intéresse, je le prête!

4 04 2011
Elizabeth-Bennet

Encore un avis positif, ça doit être environ le deux millième que je lis, loool. Alors je ne sais pas, peut-être suis-je vraiment passée à côté…J’avoue que je n’arrive pas à comprendre pourquoi je ne partage pas tous vos avis ultra-positifs, ça me perturbe un peu, parce que d’habitude pour ce enre de livres encensés par la majorité, eh bien je suis justement dedans….J’essaierai de le relire avant la sortie du second tome, pour voir 🙂

5 04 2011
nodreytiti

oh tu sais, c’est souvent qu’un livre de fait pas l’unanimité et heureusement! J’avais lu ton avis, je me souviens que tu as été déçue mais pas tant que ça, c’est déjà un point positif!

5 04 2011
anasthassia =)

Super avis 🙂 Et tu as bien choisi les extraits !
C’est un gros coup de cœur pour moi aussi 😉
Oui, on en sait peu sur Alex mais je trouve que comme ça on aime encore plus les rares passages où il parle de sa vie 😉 L’auteure a su bien nous captiver sur ce personnage ! J’espère qu’on en apprendra plus sur Alex dans la suite !

6 04 2011
nodreytiti

Merci beaucoup! Je vais aller voir ton avis!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :